Thriller

De force – Karine Giébel

de-force-karine-giebelPublié en 2016 aux éditions Belfond

3 étoiles

Elle ne m’aimait pas. Pourtant, je suis là aujourd’hui. Debout face au cercueil premier prix sur lequel j’ai posé une couronne de fleurs commandée sur internet. Car moi, j’ai voulu l’aimer. De toutes mes forces. De force. Mais on n’aime pas ainsi. Que m’a-t-elle donné ? Un prénom, un toit et deux repas par jour. Je ne garderai rien, c’est décidé. A part le livret de famille qui me rappelle que j’ai vu le jour un 15 mai. De mère indigne. Et de père inconnu. Lorsque j’arrive devant la porte de mon ancienne chambre, ma main hésite à tourner la poignée. Je respire longuement avant d’entrer. En allumant la lumière, je reste bouche bée. Pièce vide, tout a disparu. Il ne reste qu’un tabouret au centre de la pièce. J’essuie mes larmes, je m’approche. Sur le tabouret, une enveloppe. Sur l’enveloppe, mon prénom écrit en lettres capitales. Deux feuilles. Écrites il y a trois mois. Son testament, ses dernières volontés. Je voulais savoir. Maintenant, je sais. Et ma douleur n’a plus aucune limite. La haine. Voilà l’héritage qu’elle me laisse.


Oui oui oui, c’est bien un nouveau Karine Giébel ! Je me suis rendue compte en lisant sa bibliographie au début du livre que j’avais déjà lu tous ses romans, je suis tristesse. En voyant ça, vous allez peut-être vous demander : « mais si elle l’adore tant, pourquoi la note accordée à ce roman est-elle aussi faible ? ». Je vous explique tout ça.

Je vais commencer par ce que j’ai adoré dans ce nouveau roman, parce que j’ai réellement apprécié la grande majorité de ma lecture. J’ai retrouvé la plume de Karine Giébel, toujours aussi particulière, toujours aussi accrocheuse. Ce style ne conviendrait peut-être pas à tout le monde mais il me charme à chaque lecture, c’est très épuré tout en offrant les détails nécessaires à l’émotion, le rythme est parfaitement géré dans l’intrigue mais aussi dans les phrases les plus classiques qui soient.

J’ai également retrouvé cette capacité à nous faire aimer des personnages à priori insupportables : Armand est imbu de lui-même et égocentrique, Maud est une fille de riche pourrie gâtée, Charlotte est une séductrice insensible… apparemment. Chaque personnage a ses failles, et elles ne sont pas superficielles. Karine Giébel n’essaie pas, comme tant d’autres, de créer des personnages faussement fragiles pour qu’on s’attache à eux. II y a aussi cette façon de les présenter, de les faire dialoguer. À vrai dire, je pense que beaucoup d’auteurs ne parviendraient pas à me faire autant aimer ces personnages même s’ils avaient exactement les mêmes caractéristiques de départ.

Et maintenant, le point qui fâche : l’intrigue. J’ai accroché directement au roman, comme d’habitude, on plonge dans l’action sans se poser de questions, c’est toujours cru et violent, peut-être un peu moins que dans Purgatoire des Innocents ou Meurtres pour rédemption, mais ce n’est pas une petite balade au pays des Bisounours. J’ai été vraiment gênée par le simple fait que je connaissais la fin dès les premières pages… Je l’ai pressenti très – beaucoup trop – vite, et je me suis dit que ce ne serait sûrement pas aussi simple, que l’auteure allait m’étonner et me faire halluciner comme dans ses précédents romans, mais la fin m’a prouvé le contraire. Je l’ai déjà dit, j’aime qu’un auteur me mène complètement en bateau, si je suis agacée quand je devine la fin d’un roman en général, quand il s’agit d’un thriller, c’est encore pire. 

Une autre question arrive alors, paradoxalement : « dans ce cas, pourquoi une note aussi élevée ? ». Pour les points que j’ai soulevé précédemment, mais aussi car d’autres intrigues secondaires entrent en jeu et rendent malgré tout ce roman toujours aussi fascinant, à l’image des autres œuvres de Karine Giébel, et je ne suis pas prête à lâcher l’idée que cette auteure a énormément de talent pour les romans à suspense.

Je remercie Belfond pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

10 réflexions au sujet de « De force – Karine Giébel »

  1. Coucou, je l’ai dans ma PAL et il me tarde de le lire !
    Mais suis-je donc le seul à ne pas connaître cette auteure ?? Bis et à très vite 😉

    1. Je ne la connais que depuis l’an dernier grâce à une vidéo de Margaud et j’ai accroché direct ^^. Tu devrais passer un excellent moment de lecture, j’espère que tu ne devineras rien avant les dernières pages !

  2. J’aime énormément cette auteur, il me reste quelques uns de ses romans à lire =) mais je comprend ton sentiment, c’est fort dommage de sentir des choses dans un thriller et on ne peut pas forcément adoré tous les romans d’un auteur, parfois certaines choses font qu’on à moins de sentiments avec tel ou tel livre.

    1. Ce qui m’a encore plus frustrée c’est que j’ai eu beaucoup de sentiments avec ce livre malgré tout ça, j’ai vraiment cru jusqu’à la fin qu’il y allait avoir un vrai retournement de situation… J’espère qu’elle me surprendra plus la prochaine fois :).

  3. C’est dommage d’attendre autant les livres d’un auteur et de n’être pas parfaitement satisfaite… Je le lirai, c’est certain et j’essaierai de ne pas trop réfléchir au début pour ne pas deviner la chute !

    1. J’ai vu ton article sur ce roman dernièrement, j’ai hâte de lire ton avis complet après lecture pour voir si je suis la seule à avoir ressenti ça ou pas ^^.

  4. J’ai « Purgatoire des innocents » et « Meutres pour rédemption » depuis un long moment dans ma PAL mais, ne connaissant pas du tout l’auteur, je ne me suis pas encore lancée. Il faut vraiment que je m’y mette :-)

    1. « Meurtres pour rédemption » est excellent, j’ai adoré et je n’ai pas vu défiler les pages, je te conseille fortement de te lancer dans celui-ci ! J’espère que le style de l’auteure te plaira, c’est un peu « tout ou rien » avec elle je pense.