Thriller

Ce monde disparu – Dennis Lehane

Ce Monde Disparu Dennis LehanePublié en 2015 aux éditions Rivages

4 étoiles

Joe Coughlin est un gangster rangé depuis quelques années, après avoir passé la main à son second, Dion Bartolo. Malgré ses relations toujours régulières avec les milieux mafieux, il vit paisiblement avec son fils, Tomas. Un jour, il reçoit la visite d’un gardien de prison qui lui annonce qu’un contrat a été lancé pour son exécution, prévue quelques semaines plus tard. Joe cherche alors à découvrir qui est son ennemi.

« Ce qu’on ne dit pas à propos du pouvoir absolu, c’est qu’il n’est jamais absolu : à partir du moment où on le détient, il y a toujours quelqu’un pour chercher à s’en emparer. »

Je crois que j’ai le don pour lire des deuxièmes et troisièmes tomes de thriller sans le faire exprès, puisque ce livre est en fait la fin d’une trilogie… Ceci dit, je ne l’ai réalisé qu’en lisant d’autres critiques, parce que je n’ai eu aucun mal à comprendre l’intrigue, et c’est tant mieux ! Passons donc ce petit inconvénient et entrons dans le vif du sujet : ce roman était vraiment bien. 

Dennis Lehane nous embarque en 1943, aux États-Unis, en nous présentant les différents gangs qui règnent à l’époque sur les trafics divers et variés du territoire. L’auteur nous offre une succession de portraits de personnages étrangement charismatiques et souvent inquiétants, mythomanes, dangereux, insensibles et pourtant humains. Joe Coughlin lui-même n’est pas tout blanc puisqu’il a déjà plusieurs morts sur la conscience et n’hésite pas à faire ce qui doit être fait pour se protéger et mettre les siens à l’abri du danger. Ces constats l’amènent  à faire une longue réflexion sur son éthique et sa morale, qui revient sans cesse tout au long du roman. Son fils, Tomas, comprend doucement le passé et les actes de son père qui ne sait plus vraiment comment lui transmettre de belles valeurs.

On trouve aussi une nostalgie lancinante qui transperce les pages, probablement à l’origine du titre du roman, pour le monde que Joe a perdu, sa femme disparue assassinée et ses fantômes. Il se trouve aussi poursuivi par la vision d’un petit garçon qui apparaît régulièrement et l’intrigue autant que les menaces qui pèsent sur lui. Tout est développé avec une certaine subtilité, sans aller vers le surnaturel, mais juste en mettant en avant les tracas d’un homme pas vraiment recommandable.

Je trouve l’écriture de Dennis Lehane très visuelle, et c’est probablement pour ça qu’il est tant apprécié des réalisateurs, ayant déjà eu plusieurs de ses romans adaptés au cinéma. Sans trop de descriptions, il parvient à nous transmettre une ambiance qui nous parle et qui amène avec elle des images fortes. Je lis souvent ses romans comme je regarderai un film, tout vient naturellement sans faire un réel effort d’imagination. Ce monde disparu ne fait pas exception à la règle et vient encore confirmer le talent singulier et accrocheur de son auteur.