Jeunesse

La Passe-Miroir T1 : Les fiancés de l’Hiver – Christelle Dabos

Publié en 2013 aux éditions Gallimard Jeunesse

Ophélie vit dans un monde étrange, où les objets ont leur propre humeur. Elle dispose aussi de capacités inhabituelles, le seul toucher d’un objet la renseigne sur son passé et les sentiments de ceux qui l’ont possédé, et elle peut voyager de miroir en miroir. La jeune femme vit sur une arche paisible où elle travaille dans le musée familial, jusqu’à ce qu’on la fiance à Thorn, un homme vivant sur une arche lointaine. Ophélie doit quitter sa famille et tout ce qu’elle a connu pour être livrée à une cour où tous les coups sont permis et où les apparences sont toujours trompeuses.

« – La cour ! souffla Roseline en grattant le papier de sa plume. Un bien joli mot pour désigner une grotesque scène de théâtre où les coups de poignard se distribuent dans les coulisses. »

J’ai de la chance, je n’ai lu que des livres fabuleux depuis le début du mois ! Les Fiancés de L’Hiver, c’est le début d’une saga qui a fait parler d’elle sur la blogosphère et dans la presse. C’est aussi la toute première publication de Christelle Dabos, qui lui a tout de même valu le prix du premier roman jeunesse Gallimard. Pourquoi j’introduis ce contexte alors que je n’en parle jamais dans mes chroniques habituellement ? Parce que ce livre mérite largement tout cela, et il devrait même en avoir davantage !

Ce qui m’a frappé plus que toute autre chose dans ce roman, c’est l’ambiance lentement insufflée par l’auteure, un climat où les personnages sont froids comme la pierre quand ils ne sont pas hautains et hypocrites, un endroit où tout n’est que faux-semblants, ce qui éveille une sensation assez inconfortable. Certains lecteurs avertis risquent de me jeter des pierres, mais j’ose l’écrire, j’ai parfois ressenti le même malaise que dans le Château de Kafka, ce qui n’est pas peu dire.

Bien sûr, Les Fiancés de l’Hiver, ce n’est pas qu’une ambiance, c’est aussi une histoire très riche, une intrigue construite sur des bases solide. Le monde conçu par Christelle Dabos est fascinant : des arches dans le ciel, autour d’un noyau qui les tient en apesanteur. Chacune possède ses propres caractéristiques, et celle dans laquelle Ophélie débarque malgré elle ferait fuir immédiatement tous les acrophobes puisqu’elle comporte un immense château qui s’élève et dans lequel on circule principalement avec des ascenseurs.

Quand Ophélie arrive auprès de son fiancé, Thorn, tout son monde bascule, elle passe d’un monde pacifique, calme et plutôt doux à un endroit empli de menaces où chacun arbore un visage malhonnête. Les familles du pôle ont toutes des capacités fabuleuses qui peuvent leur permettre de créer un monde magnifique mais elles usent de leurs pouvoirs pour s’écraser les unes et les autres afin de s’attirer les faveurs de leur esprit de famille. Tout n’est qu’illusion puisque même le décor est trompeur : un simple mirage qui cache des murs décrépis et des objets abîmés.

Cette lecture a été une excellente surprise et donne confiance en la littérature jeunesse, oui, il y a encore des auteurs qui s’adonnent à autre chose qu’à la dystopie et à la romance, il y a encore des plumes pour nous faire voyager dans des mondes incroyables. Je ne veux pas dénigrer les genres cités précédemment, je les apprécie, mais dernièrement j’ai du mal à trouver autre chose dans les nouveautés mises en avant. La Passe-Miroir est une bouffée d’air frais et j’ai hâte de lire la suite (sortie prévue le 29 octobre).

14 réflexions au sujet de « La Passe-Miroir T1 : Les fiancés de l’Hiver – Christelle Dabos »

        1. Ça marche pour le tergiversage (pas convaincue que l’existence de ce mot !) en privé.
          (j’ai pris la liberté d’effacer ton adresse mail du commentaire après l’avoir notée, on ne sait jamais, je reçois parfois des commentaires spam alors je ne voudrai pas qu’ils chopent ton adresse)

  1. C’est bizarre… la couverture ne m’interpelle pas plus que ça. Par contre, l’avis que tu nous offres suscite énormément ma curiosité. Ce n’est pas la première fois qu’un tel avis positif me fascine. J’avais déjà noté que l’ambiance et l’univers de ce roman étaient intéressants et unique.
    Promis… je vais me lancer dans ce premier tome ! Et très rapidement…
    Merci pour cette chronique détaillée et passionnée.

    1. Ah, moi c’est le contraire, je trouve la couverture magnifique et j’avais un peu « peur » que le contenu ne soit pas à la hauteur comme ça arrive parfois. Tu ne regretteras pas cette lecture !